Accueil : contenu

Vous êtes ici : Accueil Fontenay-sous-Bois /  Actualités Vidéos /  Actualités /  Evénements / Résultat "en savoir plus"

flus rss

Résultat "en savoir plus"

Abolition de l'esclavage

Du 10 au 19 mai

Commémoration officielle

Comme chaque année depuis 2007, la municipalité de Fontenay-sous-Bois invite les citoyens à un temps de recueillement dans le bas du parc Hôtel de ville, près de la sculpture « Héloïse ou… la fille des Trois-Rivières ».

 

Jean-Philippe Gautrais, Maire, La Municipalité, Le collectif Un passé trop présent ont l’honneur de vous convier à la cérémonie officielle de la commémoration de l’abolition de l’esclavage et des traites négrières.


Jeudi 10 mai à 17h

Parc bas de l’Hôtel de ville, près de la sculpture Héloïse ou...la fille des Trois rivières.

Rassemblement  accompagné  de  musique traditionnelle et suivi d’un buffet créole.


Pour marquer les 17 ans de la promulgation  de la loi n°2001-434 du 21 mai 2001 «  tendant à la reconnaissance de la traite  et de l’esclavage en tant que crime  contre l’humanité  », dite loi Taubira, la célébration sera accompagnée de musique traditionnelle et suivie d’un buffet créole.

 

Article 1 : La République française reconnaît que la traite négrière transatlantique ainsi que la traite dans l’océan Indien d’une part, et l’esclavage d’autre part, perpétrés à partir du XVe siècle, aux Amériques et aux Caraïbes, dans l’océan Indien et en Europe contre les populations africaines, amérindiennes, malgaches et indiennes constituent un crime contre l’humanité.

Artiste et citoyennes contre l'esclavage

Dimanche 13 mai à 12h
Parc bas de l’Hôtel de ville


Célébration de la loi Taubira et de tous les acteurs des luttes pour la liberté. Après 400 ans de traite négrière, il faudra plus d’un siècle et demi après son abolition pour que cette pratique soit reconnue comme crime contre l’humanité (vaut mieux tard que jamais). Cette reconnaissance constitue une avancée remarquable. Néanmoins, la route reste longue pour parvenir à réparer ces injustices et celles qu’elles  ont  engendré.  L’actualité  nous rappelle régulièrement que ce passé reste bien présent, car il reste malheureusement l’un des socles de nos sociétés.


Rassemblement festif pour rappeler l’histoire et honorer la mémoire de tous les combattants de la liberté et de l’émancipation des peuples, et perpétuer le combat.

 

■    Exposition : « Matrice africaine »

Présentation de différentes expressions culturelles de matrice africaine main-tenues vivantes par les descendants des populations d’Afrique déportées durant la période de la traite négrière transatlantique et transsaharienne. Les navires et les caravanes ne trans-portaient non seulement des hommes, des femmes et des enfants, mais encore leurs dieux, leurs croyances. À travers ces pratiques, souvent inter-dites, les esclaves résistaient à l’oubli, gardant en mémoire le souvenir d’un temps où ils étaient des hommes libres. Cette exposition se veut participative et évolutive, elle peut être corrigée, com-plétée, modifiée avec les informations données par les lecteurs.

 

■    Scène d'expression libre

(concert, danse, lecture, prise de parole…)

■    Jeux pour enfant

■    Kalumba

■    Village associatif

Afrique en lutte, AHME (Association des Haratine de Mauritanie en Europe), B Boy Conscient, Éditions Antisociales, CGT DOM, Oursins Baladins, Sortir du colonialisme, Tamery Sematawy Librairie Kamite Panafricaine…

■    Restauration

Projection - discussion

Samedi 19 mai à 18h30
Espace intergénérationnel


Extrait de « Pourquoi nous détestent-ils ? », documentaire en trois volet, réalisé et incarné par Amelle Chahbi, Alexandre Amiel et Lucien Jean-Baptiste. Dans son volet, Lucien Jean-Baptiste remonte à l’origine des clichés racistes afin de les questionner, pour mieux les démonter. Il confronte ainsi leurs singu-larités à des discours racistes tenus par des militants, des hommes politiques, ou encore des éditorialistes. De ces échanges, parfois abrupts, souvent glaçants, ressort toute la contradiction de ces dérives idéologiques, en passe d’être banalisées dans la société.


La projection sera suivie d’une discus-sion autour d’une collation. Les partici-pants sont invités à venir avec boissons et victuailles à partager.

 

Association Un passé trop présent
Regarder le passé, pour comprendre le présent, et mieux préparer l’avenir.

www.unpassetropresent.org
uptp@gmail.com